Un cadeau solidaire : offrir des parts de coopératives à ses proches

Écrit le 17 décembre 2020
Coopérative

Les fêtes de fin d’année approchent. Plutôt que d’offrir les traditionnelles chaussettes et autres ustensiles de cuisine intelligents qui finiront ostensiblement planqués dans une triste armoire jamais ouverte, n’existe-t-il pas une alternative tout aussi festive de cadeaux de cœurs qui soient à la fois éthiques et solidaires ? Nous vous proposons alors d’offrir des parts de coopératives, en reprenant un ensemble de coopératives belges qui œuvrent dans l’environnement, la technologie, la mobilité, et la finance.

Source

Le concept de coopérative est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis 2016. Les premières coopératives ont vu le jour au XIXème siècle. Aujourd’hui, l’Alliance Coopérative Internationale définit une coopérative comme suit :

Une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété et démocratiquement contrôlée

Les coopératives se financent notamment au travers du mécanisme de parts: pour devenir coopérateur, c’est-à-dire membre de la coopérative, il faut souscrire à des parts, généralement d’une valeur qui peut aller de quelques dizaines à centaines d’euros. L’aspect démocratique est central au sein de ces associations : chaque membre a droit de vote selon le principe « un membre, une voix », peu importe le nombre de parts qu’il détient.

Offrir une part de coopérative à un de ses proches lui permet de participer au projet mis en œuvre par la coopérative ou tout du moins le soutenir, mais aussi d’avoir sa voix en son sein. Nous reprenons ci-dessous une liste − amenée à évoluer − de coop belges en accord avec nos valeurs.

Coopératives technologiques

Big Trouble in Little Belgium est une coopérative de production vidéo, qui vise à créer des équipes autour de projets vidéos concrets, en mettant la mise en commun de compétences. La coopérative fournit non seulement une structure pour faciliter les financements, mais aussi l’accès au matériel, la promotion et la vente des productions, ainsi que guider le processus créatif. Les parts sont de 100€ et sont disponible par contact avec l’équipe

Cobea est une coopérative qui vise à démocratiser la communication digitale, en fournissant un service de création de site web qui accompagne les organisations à développer une communication digitale durable à moindre coûts, grâce à des méthodes collaboratives et une plateforme mutualisée. (lien avec article Denis contre la fracture numérique, idée d’event). Il est possible de souscrire plusieurs types de parts, à partir de 100€. Cela se fait au travers d’un formulaire disponible ici

Neibo forme quant à elle un opérateur de téléphonie mobile destiné aux privés et professionnels, en mettant l’accent sur la qualité, la transparence, le respect de la vie privée et la gouvernance démocratique (profondément ancré dans son fonctionnement). Elle se veut comme une reprise en main du service de téléphonie mobile par les citoyens. Une partie des bénéfices de la coopérative sera reversée à des projets qui contribuent au développement d’une économie et d’une société plus équitables. Devenir coopérateur se fait au travers de parts disponibles à partir de 20€, en remplissant un formulaire disponible ici.

Coopératives dans l’environnement

La Brasserie du Renard une coopérative brassicole belge. Devenir coopérateur, c’est entrer dans le monde brassicole et soutenir une brasserie artisanale qui travaille avec des produits de chez nous en mettant en avant une consommation et une économie plus locale. En parallèle, la coopérative utilise ses bénéfices dans le développement de projets communautaires. Être coopérateur c’est prendre part à la vie de la coopérative en siégeant à une assemblée, mais c’est aussi participer à des activités de production et de dégustation. Les parts sont de 100€ et la procédure pour en souscrire est détaillée ici

Terre en Vue propose d’acheter collectivement des terres cultivables et les rendre accessibles (en location) pour des projets agro-écologiques, des projets d’agriculture durable. Le but est donc de sauvegarder les terres arables, de les sortir de la spéculation foncière, mais aussi de redynamiser le milieu agricole et d’encourager les circuits courts ainsi que le contact producteur-consommateur. Les parts sont également de 100€ et on y souscrit via le formulaire disponible ici.

Coopératives dans la mobilité

Urbike est une coopérative de cyclo-logistique qui vise à transformer la mobilité urbaine pour accélérer la transition vers des villes durables et humaines. Concrètement, Urbike réalise différents projets tels que BCklet, qui établit une preuve de concept de la livraison à vélo à Bruxelles. Devenir coopérateur d’Urbike, c’est soutenir une amélioration de la mobilité et de la qualité de vie à Bruxelles en créant de l’emploi local. Les parts sont de 100€, cependant il faut souscrire à 5 parts minimum. Cela se fait en remplissant le formulaire d’adhésion disponible sur la page d’accueil.

Wishare est une coopérative mettant en avant la mobilité douce à Bruxelles, au travers de services de mobilité partagé (voitures, vélos) qui sont mis à disposition de particuliers, d’associations, d’entreprises et de communes, mais aussi des abris pour vélos. Les parts sont de 250€ et sont disponibles ici.

Coopératives dans la finance

Citizen Fund est une coopérative qui, à partir de l’épargne privée, finance des projets de transition aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Devenir coopérateur, c’est mettre à disposition une fraction de son épargne pour des projets à impact social et environnemental bénéfiques pour la société. Les parts sont de 250€ et sont disponibles ici.

Credal et son penchant flamand, Crelan sont des coopératives ayant pour finalité sociale de promouvoir une société plus juste et solidaire en ce qui concerne l’usage de l’argent. Pour cela, elles proposent plusieurs services : des placements éthiques pour les investisseurs, du crédit alternatif pour les associations et projets collectifs, de l’accompagnement de projets, ainsi que des prises de participation en capital dans des projets innovants. Les parts sont disponibles à partir de 25€ sur cette page.

Pour aller plus loin

Cette liste est bien évidemment non exhaustive et il existe de nombreuses coopératives belges et bruxelloises. Le site Platform Coop en reprend quelques-unes, dont certaines ont été évoquées ici.

Finalement, pour un approfondissement par rapport aux coopératives technologiques, voir l’article « Des hacklabs aux coopératives de technologies » publié sur Ritimo.

Article écrit par Cit'Light

comments powered by Disqus

    Articles qui pourraient vous intéresser

    Railcoop : ramener le train à la campagne (Socialter)

    Article de presse Mobilité Coopérative

    Chaque semaine, notre équipe rédaction sélectionne et relaye un article de presse en lien avec les thématiques abordées par Cit’Light. Cette semaine, nous relayons un article publiée dans la catégorie « Visions d’avenir » du magazine Socialter, qui traite de Railcoop, une coopérative qui souhaitent développer une coopérative ferroviaire dans le contexte de l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire français.

    Zoom sur Konligo : de la recherche universitaire à l'économie circulaire

    Zoom sur Financement Économie

    En début de seconde vague COVID-19, Cit’Light a interviewé Aushim Koumar, fondateur de Konligo, une startup bruxelloise spécialisée dans des structures dépliables pour l’organisation d’événement. Projet entrepreneurial démarré en 2018, résultant de recherches universitaires, Konligo s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. Cit’Light s’est donc intéressé à leur processus de création d’entreprise en sortant de l’université, ainsi qu’à leur moyen de financement.

    Un crédit pour les pauvres

    Économie Crédit

    L’idée est largement répandue que les pauvres sont de piètres consommateurs. Sans le sou, ils n’achètent rien. L’équation est simple : la vie les a condamnés à la pauvreté et personne ne peut rien pour eux. En 2006, l’invention du « crédit pour les pauvres », a été décorée d’un prix Nobel de la paix. Aujourd’hui, le système de micro-crédit s’est répandu dans plus d’une quarantaine de pays sous diverses formes, avec toujours cette volonté de venir en aide aux personnes les plus démunies. Mais quant est-il derrière cette apparente innovation ?

    Tags

    À la une

    Care4Growing envoie le secteur agro-alimentaire belge en orbite numérique (Digimedia)

    Article de presse Numérique Production

    Chaque semaine, notre équipe rédaction sélectionne et relaye un article de presse en lien avec les thématiques abordées par Cit’Light. Cette semaine, nous présentons l’initiative Care4Growing réalisée par des coopératives de producteurs de fruits et légumes belges.

    Pour un stoïcisme militant (Imagine)

    Article de presse

    Chaque semaine, notre équipe rédaction sélectionne et relaye un article de presse en lien avec les thématiques abordées par Cit’Light. Cette semaine, nous relayons une chronique publié dans le magazine de slow press « Imagine, demain le monde » intitulée « Pour un stoïcisme militant ».

    Nous rejoindre

    Engagement

    Cit’Light est un transmédia qui vise à communiquer par rapport à l’ensemble d’outils et d’alternatives qui peuvent nous permettre à nous, citoyens, de se réapproprier notre environnement. Au travers d’analyses de fond et d’un tour des initiatives existantes à l’étranger et en Belgique, il devient possible pour tout un chacun de participer clés en main à la construction de la société de demain. Venez nous rejoindre !